Sup Race Cup 2012 : Eric Terrien intouchable

 

Ca enchaîne. Après les classiques incontournables en Bretagne, la North Point et le Trophée Nah Skwell, tous les sup racers se devaient de converger vers Sainte Maxime pour la troisième édition de la Sup Race Cup. Cette compétition, initiée par Yannick Pinaud et les bénévoles de La Cigale Surf Club, a encore pris de l’envergure. Une grosse logistique pour un très bel event qui s’affirme au fil des années comme la grosse course européenne. En préambule, bravo à eux.

Une beach race, une longue distance, une course relais, une course bigarrée avec coureurs déguisés, une paella avec du riz bien jaune et des petites crevettes, un très beau plateau de coureurs avec les meilleurs européens, un village d’exposants qui en impose et une course jeunes tels étaient les ingrédients du « Sergent » Pinaud pour une nouvelle réussite de la Sup Race Cup. Complimentons tous les acteurs aux manettes, le choix du nouveau site (plage du club de la Cigale) se prête parfaitement aux essais de planches et tout le monde a pris grand plaisir à ramer sur les modèles 2012, des planches gonflables pour la balade et les débutants aux planches de race plus techniques sans oublier la Big Mama d’Enbata (grand SUP sur laquelle les jeunes se sont bien amusés). Bonne ambiance, du matos,quelques jolies filles, que des beaux mecs (dixit les mêmes filles), quels seraient donc les rebondissements durant les épreuves sportives ? Des gars comme Chase Kosterlitz (Fanatic) ou bien encore Bart de Swart (Starboard) allaient-ils mener la vie dure au meilleur français Eric Terrien. Les locaux emmenés par Thierry Kostka (j’ai un deal avec Thierry, je lui ai promis de parler de lui sur tous mes prochains reports) allaient-ils suivre le train des meilleurs ? Olivia Piana irait-elle piano piano ? Greg Closier continuerait-il de drafter comme un gros cochon ? (J’en profite pour rectifier une info reprise sans vérification par de nombreux sites spécialisés, Greg Closier n’a pas drafté sur l’ensemble du parcours de la longue distance du Trophée Nah Skwell, il a joué l’aspiration à l’arrivée derrière Gaétan Séné et a du en profiter un peu au départ mais je ne serai pas catégorique vu que c’est un cochon très malin). Didier Leneil serait-il en 14′ sur la longue distance ? Paris Hilton viendrait-elle nous faire un petit coucou, enfin surtout à Gaétan Séné qui l’attendait de pied ferme pour lui faire faire un tour dans sa Mégane Sport après un hypothétique contact sur Facebook ? Bref, les interrogations étaient grandes. Heureusement pour vous, nous étions sur place.

 Avantage à droite

C’est marrant comme une beach race peut se jouer dans les premières dizaines de secondes. C’est aussi drôle comment l’expérience acquise change toute une physionomie de la course. Prenez donc ce départ de la beach race avec 92 inscrits, record à battre en Europe. Les bretons sont à gauche (ok pas de dérives sur la politique) mais force est de constater que Greg Closier sur sa Hobie, Arthur Deniel (Jimmy Lewis) et même le nordiste Arthur Arutkin (Starboard) se sont positionnés à gauche de la ligne. Plus malin, Eric Terrien a vite vu que ce n’était pas une tactique avantageuse : « La plage fait un arc de cercle, à droite tu es déjà en avance. » De plus, pour avoir regardé le bateau au mouillage, c’est le journaliste intègre qui vous parle, je suis quasi certain que la marque matérialisée par ce bateau était plus sur la droite. Dès le premier bord, c’est plié. Eric Terrien est au avant poste, les suivants peuvent toujours drafter…

Il y a à commencer Casper Steinfath, le danois qui vient tout juste de terminer ses examens et qui descend de l’avion. Il y a aussi Gaétan Séné qui s’est descendu les rapides d’une rivière la veille et qui a dormi comme un « gitan » dans sa Renault Megane Sport (modèle qu’il souhaite présenter à Paris Hilton, vous me suivez?). Il y a aussi Bart De Swart, très à son aise pour prendre les bumps, enfin de petites ondulations sur le parcours et grappiller quelques mètres. Il a aussi cet italien accrocheur Nika Leonard du team Starboard avec ses pagaies NP et que nous avions vu pour la première fois à La Torche. Le team Fanatic est aussi à la parade avec Yoann Cornelis toujours accrocheur et Didier Leneil (qui n’aura pas sa planche fétiche et sera handicapé par une douleur à l’épaule). Pour résumer et faire simple, derrière Eric Terrien, la bataille est vraiment acharnée, Paris Hilton aurait adoré ! A chaque tentative des poursuivants pour remonter, Eric Terrien en remet une couche et conserve une substantielle (ça fait classe ce mot dans un texte) avance. A l’arrivée, E. T. arrive avec quelques mètres d’avance sur Nika Leonard. Ce dernier a bloqué Casper Steinfath qui tentait de le dépasser, Gaétan Séné en embuscade avec son leash magique qui se détache en trois millième de seconde sprinte et arrache une belle troisième place. Et thierry Kostka me direz-vous à l’unisson : une honorable 12e place, ça rame fort dans la baie de St Maxime. De bon augure avant la longue distance du lendemain. Chez les filles, Olivia Piana n’y est pas allée piano car elle devance de nombreux hommes et arrive 11 minutes après le vainqueur. Belle performance d’autant que la distance parcourue avoisine plus les 10 kilomètres que les 7 initialement prévus.

 Jour 2

Le lendemain, c’est la longue distance. Rico Leroy est arrivé avec sa nouvelle Naish 14′ creuse, une très belle planche pour le plat. Et toute la question est de savoir avec quoi partir. Le règlement fédéral pousse pour la 12’6. Mais il n’interdit pas à certains propriétaires de 14′ de participer avec leur planche, ils seront juste hors classement overall et prize money. Sur la plage, Eric Terrien est un peu agacé que certaines têtes de série jouent les francs tireurs sur une plus grandes tailles. Ces dernières arguent que vu leur gabarit plus lourd, elles n’ont pas le choix si elles veulent rester au contact. Je vous la fait court car Eric réplique avec justesse qu’en 14′, il mettrait tout le monde d’accord…

Et c’est avec une détermination non feinte qu’il va s’employer à devancer les 14′ avec sa 12’6 proto Bic shapée par Patrice Remoiville. Gros départ, tout le monde suit à la queue leu leu, ça drafte mais c’est la course. Et comme à son habitude, Eric va prendre la longue distance à son compte en suivant le bateau ouvreur. Derrière Gaétan Séné va attaquer comme il se doit pour créer un écart et larguer les drafetrs. Il pousse Eric à accélérer, à durcir la course, le Franco Canarien « zigue et zague ». Greg Closier, profite lui d’une belle bourde de Casper Steinfath qui en serrant la bouée coince son leash dans le bout d’amarrage. Arthur Daniel qui s’obstine à faire les intérieurs est bloqué lui aussi, Greg n’a plus qu’à contourner l’imbroglio de riders pour gagner deux places. Et hormis l’accélération de Chase Kosterlitz (en 12’6 soulignons le pour son grand gabarit) à l’avant dernière bouée, pas de grosses surprises. Didier Leneil pointe 6e en 14′, Rico Leroy (avec trois chutes sur sa nouvelle planche) est lui 8eme, une belle performance sur une planche qu’il n’a pas encore testée. Ajoutons qu’avec 78 coureurs au départ, les 15 kilomètres ont attiré de nombreux coureurs. Olivia Piana est la première féminine suivie par Sophie Routaboul et Silvia Mecucci.

Pour finir cette belle journée de stand up paddle, une course chez les jeunes très disputée et un relais très sympa avec notamment la belle troisième place de l’équipe jeunes composée d’Arthur Daniel, Arthur Arutkin, Casper Steinfath et la slovène de Slovénie (si si) Manca Notar.

[nggallery id=96]

 

 

 

A propos Franck.d 1523 Articles
Journaliste et photographe, je suis rédacteur en chef du magazine spécialisé sur le stand up paddle (SUP), Get Up SUP Mag. Retrouvez toute l'actualité du stand up paddle sur Get Up, l'actualité des compétitions, les balades, les résultats des riders, les nouveautés des marques de SUP.