Olivier Garet, le funambule

Olivier Garet sur son proto Lokahi

Sur le troisième Open de Lyon, Olivier Garet avait un proto Lokahi étroit dessiné par Cyril Coste.

Il fallait en avoir du talent et du courage pour s’aligner sur le troisième Open de Lyon avec un proto Lokahi aussi étroit dessiné par Cyril Coste. Olivier Garet le nordiste de Lokahi a tenté cette option. Du talent car avec des largeurs en dessous de 24 », les planches deviennent vraiment très instables surtout dans des tailles de 12’6. Imaginez-vous donc avec une board avoisinant les 22 », cela devient très périlleux. Du courage car comme à son habitude, Philippe Bru, le directeur de courses, a privilégié des parcours courts devant la zone de mise à l’eau et les exposants. Trois manches le premier jour, deux le second, il faut avoir les jambes pour enchaîner. L’idée de ces parcours se défend avec des allers et retours devant le public pour que la course soit plus spectaculaire et facile à suivre pour les spectateurs. Mais sur l’eau, cela se traduit par beaucoup de virages (hormis la longue distance) et donc de relances durant lesquelles il faut avoir des appuis pour être puissant (beaucoup de clapot généré par les autres concurrents, planches qui sont amenées à se toucher dans les virages). Certains des meilleurs Français se sont déjà « cassé » les dents avec des planches trop étroites pour leur style puissant de rame (on ne donnera pas de nom, il se reconnaîtra). Ainsi, s’il faut saluer la volonté de repousser certaines limites des planches de race, il faut cependant nuancer le gain obtenu en vitesse et bien savoir si selon les parcours proposés, cela sera payant. Mais il n’y a que sur l’eau et en s’habituant à des planches de plus en plus étroites que les meilleurs Français comprendront les limites du possible, il y a deux ans, peu de riders auraient imaginé s’aligner sur des courses de plat avec des 24 » de large. D’un autre côté, cette recherche est aussi celle de la marque Lokahi qui va développer de plus en plus de planches de race performantes sous l’impulsion de son créateur Cyril Coste (qui était en Hollande sur une course par étapes avec une 21 » de large). Nous n’avons donc pas fini d’être surpris par les stand up paddlers nordistes.

bis-1
Bien placer ses pieds sur la planche…

_FD62750

 

 

A propos Franck.d 1523 Articles
Journaliste et photographe, je suis rédacteur en chef du magazine spécialisé sur le stand up paddle (SUP), Get Up SUP Mag. Retrouvez toute l'actualité du stand up paddle sur Get Up, l'actualité des compétitions, les balades, les résultats des riders, les nouveautés des marques de SUP.