Olivia Piana et Gaétan Séné remportent le second Open de Lyon

Open de Lyon

Ce 8 et 9 septembre, avait lieu sur les bords du Rhône le second Open de Lyon (évènement initié par Raphaël Filipi), une manifestation autour du stand up paddle avec un salon d’exposants, des tests sur l’eau et une compétition sur quatre manches. Olivia Piana chez les « ondines » et Gaétan Séné chez les « machos » s’imposent en toute logique à l’issue de ces quatre manches très tactiques où le drafting a été la règle. Quatre manches sur lesquelles revient Gaétan Séné, leader incontesté (en l’absence de Greg Closier blessé) de cette édition réunissant 115 inscrits.

« Je suis parti en tête de la première 4 kilomètres. Comme je m’y attendais, les prétendants à la victoire m’ont emboité le pas en me draftant (action de suivre la personne devant vous en profitant de la petite vague qu’elle génère et en s’abritant derrière elle du vent, ndlr). A ce petit jeu, Arthur Daniel était avec Arthur Arutkin les deux coureurs les plus dangereux. Au dernier virage backside pour Arthur Daniel, il chute et se fait doubler par Renaud Noyelle qui remonte fort. Il faut que je m’arrache pour conserver ma première place. C’est donc pourquoi, sur la seconde course, j’ai souhaité ne pas conserver systématiquement la tête de la course à m’épuiser pour les autres. Ainsi, sur la seconde manche, je m’écarte de mes poursuivants au départ pour limiter le drafting. Et leader au premier virage, je laisse Arthur Daniel prendre les commandes et me poste à ses côtés. Il y a une accélération mais il ne fait pas preuve de stratégie pour en profiter afin que nous creusions tous les deux un écart sur le reste des rameurs. Me retrouvant de nouveau premier, je m’arrête net et passe derrière Renaud Noyelle. Un peu après, je fournis un nouvel effort afin de provoquer une cassure. Arthur Daniel et Renaud Noyelle tergiversent pour savoir qui devra me marquer, et comme je suis extérieur virage, le courant me porte. Je n’ai plus qu’à gérer tactiquement pour remporter cette seconde manche. Dans la troisième manche, la longue distance de 10 km, je me positionne tout à fait sur la gauche de la ligne à la dernière minute. Bizarrement, personne ne me marque. Je pars le long de la berge face au courant qui est à cet endroit un peu plus fort. Pour limiter son emprise, je longe au maximum la berge. De l’autre côté, Arthur Arutkin et Arthur Daniel mènent le gros des participants (ils sont une soixantaine sur la ligne, ndlr). Au milieu de ce premier tronçon, je dois traverser sur la droite à cause du contre courant. Cela me rallonge mais je mène la course et c’est en outre logique vu le positionnement de la bouée. Après avoir viré, j’ai le courant favorable, je reste en plein milieu ou à l’extérieur des virages pour maximiser le courant. Je contrôle la course et ne relance qu’en les voyant revenir (Arthur Arutkin finira second alors que la longue distance n’est passa discipline de prédilection, ndlr) . Sur la dernière manche, je mène encore la course et laisse encore passer Arthur Daniel. Au passage de la bouée, j’entends Arthur Arutkin, alors second au classement provisoire crier (Arthur cassera sa pagaie à cause du concurrent le suivant de trop près et retenant sa pale en fin de geste, le temps qu’il change de pagaie, il perd toute chance de podium, ndlr). Ça accélère de suite. Je laisse alors passer Arthur Daniel et reste à sa gauche. Il accélère et je me décale à gauche pour optimiser ma trajectoire à la pile de pont. Lui fait une petite erreur dans son virage, la cassure est faite. Au final, les vitesses étant très proches, c’est la tactique et la capacité à prendre de meilleurs virages qui a permis les petites différences entre les premiers. » Arthur Arutkin, brillant durant tout le week end perd donc sa place sur le podium en fin d’épreuve (il se consolera avec la première place du trophée jeunes). Malchance qui profite à Arthur Daniel et Renaud Noyelle en embuscade sur sa Scow (que l’on a beaucoup en tête de course avec le normand Grégoire Vitry). Le sudiste Didier Leneil, toujours enthousiaste avec ses potes Lulu Langlois et Pascal Pouget, était lui diminué par une bonne crève, il a en ligne de mire la BOP (épreuve en fin de mois en Californie, ndlr) et donc s’est économisé. Saluons tout de même les filles, Olivia Piana, Céline Guesdon et Laetitia Isnardon qui constituent donc le podium, Jules Langlois le plus jeune compétiteur et futur grand espoir, les participants ayant ridé sur les nouvelles Naish gonflables 12’6 (un très bon produit stable et rapide) ou le team CDK qui a animé de nombreux essais sur des Red Paddle gonflables (en plus de prêts de longskates sur le bitume). Un bel événement SUP qui attire beaucoup de monde, une belle vitrine pour le stand up paddle, rendez vous en 2013.

 

[nggallery id=117]

A propos Franck.d 1518 Articles
Journaliste et photographe, je suis rédacteur en chef du magazine spécialisé sur le stand up paddle (SUP), Get Up SUP Mag. Retrouvez toute l'actualité du stand up paddle sur Get Up, l'actualité des compétitions, les balades, les résultats des riders, les nouveautés des marques de SUP.